Le fruit non défendu

Okanagan Specialty Fruits, Summerland, BC

C’est la coqueluche du royaume fruitier, une panacée selon le dicton anglais « une pomme par jour, la santé pour toujours ». Toutefois, le fruit rond et rouge finit trop souvent à moitié mangé et honteusement jeté dans la poubelle la plus proche. Car malgré le délice qu’elle représente, l’omniprésente pomme a un défaut : une fois sa délicate chair exposée à l’air ou manipulée un peu rudement, elle brunit dans les minutes.

Les spécialistes qualifient ce phénomène inévitable de brunissement enzymatique. Or, Okanagan Specialty Fruits emploie une innovation biotechnologique pour se porter à la rescousse de la pomme ainsi que d’autres populaires fruits de verger et s’assurer que ceux-ci demeurent sains et exempts de produits chimiques, mais cessent de brunir.

L’entreprise, de Summerland en C.-B., a mis au point un astucieux procédé non chimique qui empêche l’expression de l’enzyme à l’origine du brunissement (la polyphénol oxydase ou PPO), premier signe que les fruits sont en train de se gâter. Lorsque ce gène ne peut plus s’exprimer, la pomme – comme la plupart des fruits de verger – saute tout simplement l’étape du changement de couleur. Les pommes qui résistent aux meurtrissures et ne brunissent pas lorsqu’exposées à l’air offrent aux consommateurs et aux producteurs de fruits un aperçu du jardin d’Éden.