REPRISE ÉCONOMIQUE

COVID-19 a mis le Canada sur la carte en tant que destination d’investissement attrayante. La réponse forte et stable de notre gouvernement à la crise et notre capacité à développer la science et à intensifier la recherche de vaccins et de thérapies ont été notées par les observateurs de l’industrie. Le monde regarde et voit la biotechnologie canadienne fournir des solutions révolutionnaires pendant la pandémie. Les capital-risqueurs aux États-Unis considèrent le Canada comme un joyau caché. Cependant, COVID-19 a également ouvert les yeux des pays sur les opportunités économiques de la biotechnologie, ce qui signifie que la concurrence pour les dollars est encore plus intense qu’elle ne l’était avant COVID. Le Canada doit intensifier ses efforts et accroître ses investissements pour maintenir la croissance de ses activités à l’échelle nationale.

Nos concurrents soutiennent agressivement les industries et les entreprises de premier plan, réalisent des investissements stratégiques dans les STEM et les compétences numériques, renforcent les capacités industrielles et technologiques, soutiennent le développement et l’adoption de l’innovation numérique, intensifient les collaborations de recherche et aident leurs entreprises à se développer plus rapidement.

Outre un investissement total plus important, comment pouvons-nous mieux aider nos entreprises à atteindre les marchés et à se développer ?

  • Créer un fonds de capital-risque dédié aux sciences de la vie pour tirer parti de l’élan et des succès financiers déjà générés et propulser la prochaine génération d’innovations biotechnologiques au Canada. Grâce à un co-investissement du gouvernement, d’investisseurs institutionnels et de sources internationales, l’Initiative de catalyseur de capital pour les sciences de la vie (LS-VCCI) proposée fournira le capital requis pour soutenir le continuum canadien d’innovation en sciences de la vie. Le Venture Capital Action Plan (VCAP) et Venture Capital Catalyst Initiative (VCCI) étaient des outils éprouvés qui ont attiré des investissements dans les sciences de la vie qui, autrement, n’auraient pas été investis dans le secteur. Ces fonds ont été mis à profit avec succès pour faire croître des entreprises canadiennes existantes dans le but de créer des entreprises phares émergentes. Nous envisageons un résultat similaire pour LS-VCCI.
  • Veiller à ce que les fonds de capital-risque des technologies propres comprennent des investissements qui ciblent les entreprises de biotechnologie industrielle au Canada.
  • Améliorer la RS&DE au profit des PME. Le Canada s’est imposé comme un endroit concurrentiel pour investir et stimuler la RD. Cela est dû en partie au programme de crédit d’impôt pour la RS&DE qui fait concurrence à une multitude de concurrents mondiaux modelant la politique publique d’après ce que le Canada a établi. S’assurer que la RS&DE demeure à l’avant-garde pour attirer les investissements fait partie intégrante des objectifs de croissance économique à long terme.